Avis en délaissement de 60 jours: 2 façons d’éviter de perdre sa propriété Recevoir un avis de 60 jours de son créancier hypothécaire, aussi appelé dans le jargon légal, préavis d’exercice d’un recours hypothécaire, est une situation stressante due au fait que la conséquence ultime est la perte de sa propriété. Nul ne veut se retrouver sans domicile. La plupart des gens n’ont pas de connaissances approfondies dans le domaine légal et se font souvent mal conseiller par des gens de leur entourage. 2 façons d’éviter de perdre votre propriété après avoir reçu un avis de 60 jours: Corriger les défauts mentionnés dans l’avis de 60 jours Il s’agit de la solution la plus simple. Le préavis d’exercice d’un recours hypothécaire fera mention des différentes raisons pour lesquelles vous avez reçu ledit avis. S’il s’agit de raisons monétaires (e.g. des arrérages de paiement, ...

02 octobre 2015

LA BACTÉRIE MANGEUSE DE FER Que peut-on faire face aux bactéries? Dans les faits, nous retenons deux approches. La première consiste à sortir la fondation du milieu favorable à la bactérie. Il faut lever la maison au-dessus de la nappe de surface où est implanté le bâtiment. Les coûts s’avèrent de 25 % à près de 100 %

10 décembre 2013

Information

LA PYRITE

La pyrite est un minerai très répandu que l’on retrouve parfois dans la pierre concassée de remblai. La présence de ce minerai dans le remblai peut causer des fissures de la dalle de béton de la maison et entrainer des désordres structuraux important au bâtiment.  Pourquoi effectuer une analyse ? En effectuant un carottage de

10 décembre 2013

Santé Canada a émis un avis important au printemps 2004 à propos de l’isolant de vermiculite. Ce type de produit était utilisé habituellement pour l’isolation de l’entre-toit, murs et plancher des résidences. La majorité des isolants de vermiculite contiennent des fibres d’amiante qui sont très nocives pour la santé. Quels sont les immeubles visés? Les

10 décembre 2013

  Un homme qui a vendu une maison de Québec, en octobre 2012, sans dire qu’un double suicide s’y était produit deux ans auparavant devra rembourser les acheteurs. Le juge Robert Dufresne condamne en outre le vendeur, Jean-Guy Mercier, à payer des dommages moraux de 15 000 $ au jeune couple qui a acquis cette demeure,

05 décembre 2013